Karl Lagerfeld, retour sur l'incroyable parcours du dernier empereur de la mode

Karl Lagerfeld, retour sur l'incroyable parcours du dernier empereur de la mode
Karl Lagerfeld, empereur de la mode, directeur artistique de Chanel

Karl Lagerfeld, directeur artistique de Chanel s’est éteint ce 19 février à l’âge de 85 ans. Karl, était une figure incontournable de la mode contemporaine, l’un des plus célèbres dessinateurs de mode au monde, et un photographe doué. Sa série The Little Black Jacket, qui réunissait une centaine de portraits en noir et blanc de son entourage étendu, a été présentée dans seize expositions. Le livre qui en découle a été vendu à plus de 250 000 exemplaires. À l’ère d’Internet, il a fini par devenir le créateur le plus reconnaissable.

 

Depuis 1983, Karl Lagerfeld était directeur artistique de Chanel, de Fendi depuis 1965 et de sa propre marque depuis 1984. En tant que directeur artistique de Chanel il laissera son empreinte dont le sens du chic est légendaire. Sous sa direction, Chanel est devenue la marque la plus célèbre de la planète mode. 



Karl, un enfant précoce

Né le 10 septembre 1933 à Hambourg, le jeune Karl Lagerfeld accompagne sa mère à un défilé de mode le 13 décembre 1949. Il s'agit de celui de  la maison Dior. Depuis ce jour, Karl Lagerfeld dessine. Il pouvait passer des heures à dessiner, à lire ou à découper des silhouettes de femmes dans des magazines, assis sur la terrasse de sa maison de famille. À l’adolescence, il débarque à Paris avec sa mère, finissant son éducation au lycée Montaigne.

La rivalité avec Yves Saint Laurent

Étudiant à l’École de la chambre syndicale de la couture parisienne, il y fait la connaissance de Yves Saint Laurent. Amis, ils accèdent à la notoriété la même année, en 1954, en remportant tous les deux le premier prix, Yves pour une robe, Karl pour un manteau, du concours organisé par le Secrétariat international de la laine : début d’une rivalité qui durera 44 ans.

Icône pop chez Chanel

Il était à la tête de trois marques (Chanel, Fendi et sa griffe éponyme), mais son nom reste étroitement associé à la maison de la rue Cambon, dont il n'a cessé de bousculer les codes depuis 1983 en réinventant les classiques tailleurs de tweed et les sacs matelassés. Chez Chanel, il cherchait sans interruption à réinventer l’ADN de la maison en s’immergeant dans l’héritage laissé par Coco pour en proposer une version modernisée : le fameux tailleur à quatre poches, les twin-sets, les tweeds masculins, la petite robe noire.